MARCO MOMI

 Rendez-vous : Philippe Leroux II, 19 juin

Marco Momi © Guido Suardi

Marco Momi © Guido Suardi

Enfant, Marco Momi rêve de devenir chef d’orchestre. Pianiste de formation, il se consacre d’abord à la musique de chambre, avant de se passionner pour la composition, dans la classe du compositeur Fabio Cifariello Ciardi. En lui faisant dès la première leçon écouter Vortex Temporum de Gérard Grisey ou les Capricci de Salvatore Sciarrino, Ciardi lui ouvre soudain la porte de l’écriture contemporaine. Il l’initie à l’informatique musicale au même titre que l’orchestration, le met en contact avec d’autres compositeurs tels qu’Ivan Fedele et l’invite à voyager.

S’il est indubitablement italien de naissance, Marco Momi est avant tout un Européen du point de vue de la pensée musicale : le séjour qu’il fait à Darmstadt sera déterminant, de même que ses années d’étude à La Haye (Pays-Bas) ou le Cursus de composition et d’informatique musicale de l’Ircam, durant lequel il suit les cours de Yan Maresz. « Mon parcours, dit-il, ne me semble ni très clair ni très linéaire, que ce soit dans ma formation ou mon cheminement esthétique. J’ai eu la chance de rencontrer et d’étudier avec des compositeurs très éloignés de mes caractéristiques génétiques, avec lesquels j’ai entretenu des rapports parfois durs, mais toujours sincères. Je n’ai jamais cherché chez mes professeurs une sensibilité similaire à la mienne. Ça m’a permis d’être plus libre. »

En parallèle de son métier de compositeur, Marco Momi étudie la direction d’orchestre avec Ennio Nicotra de 1998 à 2004 et obtient en 2009 un doctorat à l’Académie nationale de Sainte-Cécile à Rome, sous la direction d’Ivan Fedele. En 2010, Marco Momi est compositeur en résidence à l’Académie des arts de Berlin. Par ailleurs, il enseigne la composition dans des conservatoires en Italie.

    À découvrir aussi

  • Philippe Leroux II
    19 juin, 20h