FRANCK BEDROSSIAN

Rendez-vous : Klangforum Wien, 20 juin  l  Concert de l’atelier réalisation informatique musicale, 8 juillet

Franck Bedrossian suit des études relativement classiques : piano à six ans, premières compositions au piano vers neuf ans, classes de solfège, d’harmonie, contrepoint, analyse, orchestration et composition (prix aux CNR de Paris et de Saint-Maur-des-Fossés). Parallèlement, il suit les cours de composition d’Allain Gaussin. C’est ensuite le Cnsmdp : analyse, orchestration et composition dans la classe de Gérard Grisey puis de Marco Stroppa. Pour l’électronique, après un premier contact très « musique concrète » au Cnsmdp, Bedrossian suit le Cursus de l’Ircam, dont l’approche est plus structuraliste et analytique. Il y reçoit l’enseignement de Philippe Leroux, Philippe Manoury, Brian Ferneyhough et Tristan Murail. Il suit également les cours d’Helmut Lachenmann au Centre Acanthes en 1999 et ceux de l’Académie internationale de l’ensemble Modern en 2004. De 2006 à 2008, il est pensionnaire de la Villa Médicis à Rome. Depuis septembre 2008, il enseigne la composition à l’université de Berkeley en Californie.

Franck Bedrossian

Franck Bedrossian

Franck Bédrossian revendique une double filiation, venant de Lachenmann pour le travail sur le son et de Grisey pour les notions de processus et de directionnalité harmonique. Son œuvre est marquée par sa recherche sur le son, le contrôle de son émission et de sa fin, de la distorsion et de son impact physique. Il travaille sur des sons bruts et saturés, sur l’idée de transition, de transformation et de modelage de la pâte sonore. Il affirme son goût pour les compositeurs dont l’Œuvre se caractérise par un certain radicalisme d’expression.

Marquée autant par l’expressionnisme abstrait de Rothko et Pollock, que par le rapport de l’image à une temporalité ralentie chez Bill Viola ou le dépouillement de l’expression de Beckett, sa musique accorde une grande importance au geste interprétatif et son caractère physique. Puisant son inspiration dans les musiques de tradition orale comme dans les différents courants musicaux du vingtième siècle, Franck Bedrossian s’intéresse au jazz et au rock, notamment dans leurs approches physiques de l’émission sonore et du spectacle, et le travail d’émission naturelle de la voix.