GEORGES APERGHIS

Rendez-vous : Un temps bis, 12, 13, 14 et 15 juin  l  Luna Park, 15 juin  l  In Vivo Théâtre Musical, 2 juillet

Après quelques pièces instrumentales plus ou moins inspirées de technique sérielle, Georges Aperghis compose en 1971 La Tragique histoire du nécromancien Hiéronimo et de son miroir, sa première pièce de théâtre musical. 
Avec l’Atelier Théâtre et Musique (ATEM) qu’il fonde en 1976, il renouvelle sa pratique de compositeur et invente une nouvelle forme artistique inspirée du quotidien, de faits sociaux transposés vers un monde poétique, souvent absurde et satirique, où se rencontrent sur un même pied d’égalité musiciens, chanteurs, comédiens et plasticiens (La bouteille à la mer (1976), Conversations (1985), Commentaires (1996)). En 1997, il quitte l’ATEM mais continue d’écrire des pièces de théâtre musical (Machinations (2000), Paysage sous surveillance (2002), Luna Park (2011)).

Georges Aperghis © Suzanne Doppelt

Georges Aperghis © Suzanne Doppelt

Pour la musique de concert, il compose une série de pièces pour instruments ou voix solistes (dont les Récitations, 1978), introduisant selon les cas des aspects théâtraux, parfois purement gestuels. Sa musique de chambre, pour orchestre, vocale ou instrumentale est riche de nombreuses œuvres aux effectifs très variés.

Troisième domaine de son écriture, l’opéra, peut être considéré comme une synthèse du théâtre musical et de la musique de concert [Pandemonium d’après Jules Verne en 1973, Liebestod d’après une lettre de Brentano à Goethe (1981), Tristes tropiques d’après Lévi-Strauss (1996), Les Boulingrin d’après Georges Courteline (2010)].

Depuis le début des années 2000, la distribution du travail de Georges Aperghis en trois domaines distincts est plus que jamais brouillée par la nature même des œuvres. L’oratorio Die Hamletmaschine (2001, sur le texte de Heiner Müller), le « monodrame » Dark Side (2004, d’après L’Orestie d’Eschyle), l’opéra Avis de tempête (2004), ou Happiness Daily (2009) remettent en jeu les questions de dramaturgie, de représentation, de mise en scène et illustrent la liberté avec laquelle Georges Aperghis se joue des classifications et des genres, du concert et du théâtre.

Compositeur prolixe, Georges Aperghis construit, avec une invention jamais tarie, une œuvre très personnelle : sérieuse et empreinte d’humour, attachée à la tradition autant que libre des contraintes institutionnelles, il sait ouvrir des horizons inespérés de vitalité et d’aisance à ses interprètes, réconcilie habilement le sonore et le visuel, autant qu’il se saisit de sujets inscrits dans le tragique ou le dérisoire de son époque.

    À découvrir aussi

  • Un temps bis
     
  • Luna Park
     
  • In Vivo Théâtre musical
    2 juillet, 20h
  • Luna Park
    15 juin, 20h30
  • Un temps bis
    12 juin, 19h30 | 13 juin, 20h30 | 14 juin, 20h30 | 15 juin, 15h